Menu principal

Ras'bol de la Covid !
par Mireille Forget le 2020-10-29

En plein deuxième vague, la population québécoise est dans l'expectative plus que jamais.  Où en sommes-nous?  Qui croire?

On nous a habitué à des nouvelles courtes qui changent toujours, l'une effaçant l'autre de notre mémoire collective.  Mais là, c'est toujours la même nouvelle avec quelques rares modifications ici et là.  Garder vos distances, un bon 2 mètres, restriction des déplacements au strict minimum, lavage des mains, bla, bla, bla...

Dans ces conditions, facile de comprendre que les Québécois, avec leur 1000 cas, plus ou moins, journaliers ne savent plus à quoi se raccrocher.

Les gouvernements aussi semblent se décourager.  Eux aussi nagent dans l'inconnu.  Après tout, ils sont tout comme nous confrontés à un nouveau problème qui semble insoluble.  On ne veut pas fermer les écoles et les entreprises ni confiner une seconde fois, l'économie est assez malmenée comme ça.  

On affirme qu'il est important de respecter les avis mais ceux-ci changent et le public ne peut plus suivre, pris entre l'inertie, le déni total et un frêle espoir.


Et pourtant...

Saviez-vous qu'il ne sert à rien de s'obstiner avec un virus?  C'est une machine biologique extrêmement minuscule, à mi-chemin entre la vie qu'elle utilise pour se reproduire et un état si désincarné que certains peuvent voyager dans l'espace.  En fait, un virus ne vit vraiment que quand il parasite le code génétique d'un animal ou d'un humain pour se reproduire.  Vous comprenez pourquoi il est difficile à cerner.

Ce qui suit va peut-être être plus facile à comprendre pour les esprits scientifiques et les croyants.  La planète utilise depuis toujours les virus pour régulariser les populations.  Boucardiouf en faisait une belle explication dans un reportage paru le printemps dernier sur la façon dont les virus parviennent à contrôler les problèmes de surpopulation dans les océans.

Ce virus-ci, me semble là pour nous faire comprendre collectivement quelque chose d'important.  Que la façon dont nous traitons la planète ne peut pas durer éternellement, que nous sommes proches d'un point de rupture.


La solution serait dans le message?

Pendant le confinement planétaire, nous avons atteint, mais sans le vouloir, le niveau d'émissions de carbone prévu dans les accords de Paris.  Mais pas pour longtemps.

Et, si le message du virus était de nous apprendre à réfléchir ensemble et à agir de concert?  Tous ensemble pour la planète.  Pour ne pas le propager nous devons garder nos distances et ce fait même nous oblige à tous le faire ensemble... À distance les mains propres, à réfléchir tous ensemble à ce qui nous pend au bout du nez...  Verrons-nous la lumière?

Fini le Tout va bien aller...

Le nouveau mot d'ordre c'est : ARRÊTONS DE NOUS LE PASSER LES UNS LES AUTRES !

 Mireille Forget





Espace publicitaire