Menu principal

Prenons soin des uns et des autres
par Mireille Forget le 2020-11-06

La deuxième vague de la pandémie oblige à resserrer  les mesures sanitaires juste au moment où la température baisse et où le taux d’ensoleillement diminue.  Et on sait que nous sommes nombreux à déjà avoir des problèmes d'humeur en novembre, quand les jours raccourcissent et que la végétation entre en hibernation, ce qui est surtout perceptible le soir après qu'on ait changé l'heure.

Cela représente un risque important pour la santé mentale des Québécois, estiment des experts.

Une étude menée par l’Université de Sherbrooke du 4 au 14 septembre dernier auprès de 6291 adultes a révélé qu’un adulte sur cinq (22%) avait eu des symptômes compatibles avec un trouble d’anxiété généralisée ou une dépression majeure au cours des deux dernières semaines.

Un répondant sur 7 avoue avoir pensé qu’il serait mieux mort ou avoir été tenté de se blesser d’une manière ou d’une autre, fait remarquer Mme Généreux.  C'est beaucoup trop.

Combattre la morosité

On ne peut pas empêcher le virus d'exister mais on peut prendre soin de nous et de nos proches.

C'est vrai que ça fait longtemps qu'on est pris avec ça, 8 mois déjà.  On a été contents de voir arriver l'été et là, il faut se rappeler que c'est normal de voir revenir novembre.  Le Bon Dieu ou l'Univers, appelez-le comme vous voulez, ne nous fait pas subir des épreuves que nous ne pouvons surmonter si on se tient ensemble.?Nous avons le téléphone, internet, on peut sortir, faire un tour d'auto, profiter de la nature, faire de l'exercice... Serrons-nous les coudes et on va y arriver, c'est certain, foi de Mireille. 



Mots-Clefs

Santé mentale  
Espace publicitaire