Menu principal

En route vers un monde plus plaisant
par Mireille Forget le 2020-11-24

Voilà que le onzième mois de cette année difficile qui devient peu à peu chose du passé. Nous avons été bousculés par une suite d'événements imprévus qui ont mis notre moral à dure épreuve.  Mais il semblerait bien que les choses s'améliorent...  La preuve : le 23 novembre, le Président Trump a finalement accepté de débuter la transition.  


Deux choses en particulier

Début novembre, l'annonce très attendue d'un premier vaccin anti-covid prêt à être homologué nous ramène l'espoir en pleine deuxième vague.  Rien n'est réglé et nous devons toujours être aussi prudents mais nous savons maintenant que nous allons en voir la fin.  Toujours le 23 novembre, un troisième vaccin a été annoncé pour bientôt.

Le mot d'ordre n'est plus «Ça va bien aller» mais plutôt un énergique «Arrêtons de nous l'passer!» 

La deuxième, c'est le résultat des élections américaines, notre principal partenaire commercial.  Je ne sais pas pour vous, mais moi j'en avais plus que marre de l'ineptie du président Trump et de ses tweets hargneux.  

Les Américains aussi puisqu'ils ont choisi le 3 novembre un nouveau président plus posé.  Il semble que la raison, la décence, l'intégrité ainsi que la sécurité et la justice sociale seront maintenant à l'avant-plan.  Il était temps.  Comme plusieurs, je suis allée me coucher le 3 novembre au soir avec la perspective de connaître un autre 4 ans de chaos.  Mais au matin, alors qu'on en était à dépouiller le vote par anticipation, nous avons repris confiance en un avenir où le sens de nos responsabilités envers la communauté humaine et l'équilibre de la planète règnent de nouveau.  Voir notre article en page 8.

Et je salue avec joie l'arrivée à la vice-présidence de la première femme qui est aussi une femme issue de l'immigration.  Rafraîchissant.


Vers un nouvel équilibre

2020 restera l'année où nos certitudes ont basculé.  Nous avons dû revoir nos habitudes et vivre dans une nouvelle réalité.  À compter les victimes, à craindre pour les nôtres.  À souffrir d'isolement, privés que nous avons été de notre vie sociale.

Mais aujourd'hui on sait que les beaux jours vont revenir.  Beaucoup de choses auront changé et nous aussi.  La privation nous aura grandis, renforcés.

Et je rêve d'une relance propre et verte, d'un retour à la normale même si les choses ne seront plus jamais les mêmes.  Un jour qui n'est peut-être pas si loin où nous pourrons nous réunir à nouveau.  Fraterniser et manger en grands groupes.  Remplir nos salles communautaires, nos églises, se croiser sans crainte.  C'est cet objectif qui va nous donner la force d'accepter sereinement ce qu'il nous reste à affronter.

   Mireille Forget





Espace publicitaire