Menu principal

La stigmatisation : un phénomène encore tabou
par Mireille Forget le 2020-12-01

On en parle depuis un bon nombre d’années déjà mais il y a encore des personnes qui ne connaissent pas ou ne semblent pas connaître la signification du mot stigmatisation. Voici, en des termes simples en quoi ce phénomène consiste.


La stigmatisation : c’est quoi?

Comme il est souvent nécessaire de répéter pour bien se faire comprendre, voici une définition  de la stigmatisation. 

En fait, la stigmatisation est une réaction venant de la population en général (la société) envers des personnes qui sont différentes. Cette réaction consiste à mettre une étiquette (imaginaire) sur ces personnes.  En agissant de cette façon, la population (la société) les considère «hors-normes» et elles sont donc, en général, mal acceptées. C’est souvent le cas des personnes ayant un trouble en santé mentale.

En fait, la stigmatisation en santé mentale repose à la fois sur :

  • La méconnaissance et l’ignorance de la société concernant les troubles en santé mentale;
  • Les croyances souvent véhiculées par les médias sur la dangerosité des personnes atteintes de troubles mentaux créent de la peur et défavorisent grandement ces individus;
  • Les personnes ayant une problématique en santé mentale peuvent être la cible d’attitudes négatives et de préjugés qualifiant ces personnes comme violentes, paresseuses, inadaptées, etc.


Mais ceci, malheureusement, est grandement généralisé.

Aussi, la stigmatisation peut vite engendrer:

  • La discrimination, par le déni des droits légitimes et cela constitue un obstacle à l’acceptation des soins et au rétablissement des personnes ayant un trouble en santé mentale;
  • La création d’un cercle vicieux qui alimente la souffrance et isole les personnes malades et engendre des effets néfastes sur les relations familiales et sociales, le logement, l’insertion sociale, l’estime de soi et la confiance en soi.


Les solutions

Enfin, il est possible de lutter contre la stigmatisation. Comment ? En sensibilisant le grand public sur les effets et la réalité de la stigmatisation. Oui, ensemble, on peut faire une différence et on peut y arriver en informant de façon claire les gens qui nous entourent et qui font, par le fait même, partie de la population.

SOURCES : 

1)  E. Goffman, Stigmate: les usages sociaux des handicaps, Les Editions de Minuit, Paris, 1993. C.-N. Robert, ‘’Fabriquer la délinquance juvénile’’, in: Revue Suisse de Sociologie, 3, 1977, pp. 31-65.

2) Jean-Yves Giordana, Stigmatisation en psychiatrie et en santé mentale, Editions Masson, juin 2010.



Espace publicitaire