Menu principal

De nombreux dangers menacent nos forêts
par Mireille Forget le 2021-03-08

La Semaine verte est une de mes émissions favorites.  Son grand succès explique qu'elle vient de fêter ses 50 ans.  Elle nous présente souvent les recherches de pointe qui se déroulent actuellement.


La forêt du futur

Les scientifiques observent que le réchauffement climatique rend la vie difficile à nos forêts.  Feux, chaleurs extrêmes, invasions, sécheresses sont de plus en plus fréquents.  Les hivers plus doux ne tuent pas autant d'insectes dévastateurs qu'avant.  

L'émission du début février faisait état des dernières réflexions à ce sujet.  On croit que nos espèces vont migrer vers le nord.  Mais c'est déjà le cas d'espèces de toutes sortes qui montent du sud.  La compétition sera féroce et il se pourrait bien qu'on perde de nos espèces emblématiques.  Si nous en perdons une tous les dix ans, nous allons bientôt en manquer et de quoi nos forêts auront-elles l'air, c'est un pensez-y bien.


Aménager les forêts du futur en pensant résilience

Nous avons hérité du XXe siècle, l'habitude d'aménager nos forêts en raison de ce qui est commercialisable.  Et, en simplifiant, nous imaginions naïvement que le reste ne leur faisait qu'une compétion dont ils pourraient bien se passer...

Mais ce n'est pas le cas.  Toute la nature agit en interréaction.  Et la diversité multiplie les possibilités d'un milieu à faire face à une crise.  Et cela ne touche pas que ce qui pousse, la qualité et la diversité des micro organismes qui peuplent les sols sont autant de garanties de succès pour les plantes qui s'y alimentent.  

Il faut donc réinventer notre façon de voir la forêt.   Produire des aménagements intensifs où se côtoieront un maximun d'espèces.  Par exemple, saviez-vous que tous les arbres n'ont pas leurs racines à la même profondeur? Le bouleau blanc a des racines plus profondes que l'épinette, ils peuvent donc se partager le même sol.  Évidemment, il y a le problème des récoltes qui seront plus difficiles à gérer.  On nous montrait un schéma d'aménagement en rangées... 

La biodiversité et la résistance sont nécessaires dans nos érablières plus qu'ailleurs puisqu'un intrus très dangereux remonte depuis la Nouvelle-Angleterre: le longicorne asiatique.  Il se nourrit d'arbres sains et son préféré c'est justement l'érable... Nos montagnes pourraient bien en pâtir.  

Face aux incertitudes du futur, il est temps d'agir intelligemment plus que jamais.  Et n'oublions pas: si on donne une chance à la nature, elle peut vite rebondir!  Heureusement.

Mireille Forget





Espace publicitaire