Menu principal

Artisans et maisons anciennes
par Mireille Forget le 2021-09-06

Le 11 août avait lieu une intéressante présentation de vidéos portant sur des artisans et propriétaires de maisons anciennes au Kamouraska.  Elle nous a été livrée par Martin Morais du Studio Allegro.  Je vous en fait ici un résumé qui éclaire le processus social qui a abouti à la reconstruction de la Côte-du-Sud.

Les maisons anciennes sont des joyaux de nos petits milieux et  elles constituent un attrait pour les personnes souhaitant s’établir à la campagne ainsi que pour les gens de passage.  Mais ce sont aussi des résidences que l’on se passe de génération en génération, ce qui fait qu’elles sont de bons indicateurs de la préservation de la culture et du patrimoine local.


Un mode de vie en transformation

La majorité de ces maisons datent du 18e siècle et on considère l'année 1850 comme l’apogée des maisons de style québécois.  Celles qu’on admire ont été reconstruites après le passage des Anglais qui, en brûlant tout, avaient surtout cherché à faire disparaître les réserves alimentaires importantes de la Côte-du-Sud, tactique classique.  

Le commerce était florissant et plusieurs grands marchands dominaient la région.  Ils achetaient les produits locaux: grains, lard salé, beurre (celui de Kamouraska était même côté à la bourse de Londres!), laine, lin, bois de charpente, toiles et étoffes du pays.  Ils acheminaient les biens par goélettes et construisaient des quais pour faciliter le lien avec les grands marchés centraux.  

Ils ont aussi ouvert des magasins généraux dans les villages afin d’écouler les produits nouveaux qu’ils chargeaient dans leurs bateaux au retour: sucre, rhum, café, thé, étoffes, lampes, poêles et quincaillerie.

La maison du marchand était aussi son lieu de commerce et, le plus souvent, le rez-de-chaussée servait de magasin.  Le mimétisme était répandu et on s'inspirait de constructions déjà vues.  La mode était alors aux maisons monumentales, que l’on soit seigneur ou de fortune plus récente, il fallait afficher son succès!

Les artisans de l'époque savaient faire montre d’un grand talent et étaient experts en 3D comme on dit aujourd’hui.  Ils avaient aussi le sens des proportions.  On voit apparaître de nouveaux styles comme le néo-classique,  ou encore la maison québécoise avec son toit galbé et ses larmiers cintrés.  Selon le conférencier, ces nouveaux genres seraient apparus sous l’influence de l’empire anglais et, dans ce cas particulier, des toitures des pagodes chinoises! Puis, les habitants auraient pris l'habitude de reproduire ces styles en construisant leurs maisons.


Bien faire les choses…

La rénovation des belles d’autrefois demande de l’observation, de la patience et de la précision.

On travaille avec du vieux et, souvent, il est enfoui sous différents revêtements ajoutés au fil des ans. Il convient de les retirer avec précaution jusqu’à faire apparaître les planches et poutres d’origine.  

L’important, c’est de faire preuve de discernement et de respecter le travail des bâtisseurs.  N’hésitez pas à visiter greniers, entre-toits et vides sanitaires, ces endroits vous permettront d’avoir un bon aperçu de l’état du bâtiment.


L'entretien du bois

Pour faciliter l’entretien de ce bois, on doit enlever autant que possible les vieilles peintures en grattant et sablant les surfaces.  Si cette opération vous semble longue et difficile, comprenez qu'elle évitera aux nouveaux produits – beaucoup plus performants que les anciens – de s’écailler!  

Il suggère de commencer de préférence par les murs les plus atteints.  Autres conseils des experts: attendez que les surfaces soient bien sèches avant d'appliquer vos produits.  Et ne peignez jamais au soleil ni sous la pluie.  Dernier conseil: faites le tour de la maison de façon à être 2 heures avant ou 2 heures après le soleil...  


Utilisez les réseaux sociaux

Bonne nouvelle: les réseaux sociaux vous permettent de découvrir d'autres amateurs de maisons anciennes.  Échangez avec eux, c’est là une source de conseils gratuits et déjà expérimentés.

Mireille Forget





Espace publicitaire